Le passeport vaccinal peut-il relancer le tourisme ?

Il y a 1 semaine 39

Portés par les États ou par les compagnies aériennes, certificats et autres attestations de vaccination pour voyageurs en temps de Covid-19 commencent à voir le jour. Mais leur généralisation pose de nombreux problèmes politiques, éthiques et pratiques. 

Le lancement en Chine du Certificat sanitaire de déplacement international, le 8 mars, a ravi les grands voyageurs comme Victor, 30 ans, qui travaille dans la finance à Hong Kong. “Je suis en bonne santé, je suis protégé et je ne mets personne en danger, témoigne-t-il. Je veux avoir le droit de parcourir le monde librement, comme avant.”

Accessible en quelques clics sur l’appli du réseau social WeChat, ce document indique pour son porteur les résultats des derniers dépistages du Covid-19 et le nombre d’injections du vaccin. C’est l’un des premiers passeports vaccinaux au monde qui pourraient révolutionner notre façon de voyager. “J’espère qu’avec le passeport vaccinal j’échapperai à tous les tests et quarantaines superflus”, ajoute-t-il.

Mais la réalité est pour l’instant encore très décevante. Né à Shanghai, Victor, qui a reçu l’un des vaccins chinois en février, a été consterné d’apprendre que même avec le certificat sanitaire, s’il décidait de rentrer dans sa famille en Chine, il serait soumis à deux semaines de quarantaine sur un site géré par l’État et à deux tests par jour. Si le certificat simplifie l’obtention d’un visa pour les étrangers, les voyageurs vaccinés doivent endurer à leur entrée en Chine les mêmes précautions que toute autre personne. Quant aux déplacements internationaux sans aucune quarantaine, ils relèvent de l’impossible jusqu’à nouvel ordre.

1 300 milliards de dollars envolés

Malgré ces contretemps, les passeports vaccinaux sont une piste sérieuse pour relancer le tourisme et les voyages à l’étranger. Les compagnies aériennes ont vu leurs recettes d’exploitation brutes amputées de 370 milliards de dollars en 2020, selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (Icao) et le manque à gagner, pour le secteur du tourisme, a probablement dépassé 1 000 milliards de dollars [1 300 précisément], estime l’Organisation mondiale du tourisme.

Avec le déploiement massif des campagnes de vaccination ont germé de nouvelles idées sur la façon dont les vaccins pourraient progressivement permettre un retour à la normale. Les justificatifs et les applications mis en place à la fois par les pouvoirs publics et des entreprises privées pourraient certifier le statut vaccinal de chacun et permettraient de réserver l’accès aux clubs de sport, aux cinémas et aux restaurants aux personnes protégées.

Pour les voyages à l’étranger, c’est plus compliqué. Des accords entre gouvernements pourraient donner lieu à des passeports vaccinaux valables à l’international, nous rapprochant de conditions normales de voyages. Singapour, par exemple, envisage “des certifications vaccinales réciproques avec les pays intéressés”, a déclaré le Premier ministre, Lee Hsien Loong, en février. La cité-État et la Malaisie voisine ont annoncé le 23 mars qu’elles travaillaient sur un accord bilatéral.

L’Europe et son “certificat vert numérique”

“Dans les années 1970, on devait avoir les bons vaccins et autorisations sanitaires pour se rendre dans de nombreux pays, rappelle Joseph M. Cheer, professeur au Centre de recherche sur le tourisme à l’université de Wakayama, au Japon. Il est probable qu’être vacciné contre le Covid-19 sera bientôt incontournable pour embarquer sur un vol international. […]

Voyager librement comme nous le faisions avant la pandémie ne reviendra pas de sitôt.”

L’Union européenne (UE) prévoit aussi de lancer un passeport vaccinal d’ici à la saison estivale, dans l’espoir de remettre d’aplomb le secteur touristique dans nombre de ses États membres. Appelé “certificat vert numérique”, il sera valable dans les pays de l’UE et certains États voisins, comme la Norvège. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que ce document permettra de “rétablir la liberté de circulation d’une manière sûre, responsable et fiable” et comportera des informations sur le statut vaccinal, la guérison du Covid-19 ou les résultats des dépistages récents pour les personnes n’ayant pas été vaccinées.

Les États-Unis, de leur côté, étudient la faisabilité d’une attestation sanitaire. Selon un porte-parole des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), l’organisme n’a “pas encore publié de directives sur les mesures applicables aux

[...]

Eri Sugiura

Source

Connu sous le nom de Nikkei Asian Review jusqu’en septembre 2020, le magazine Nikkei Asia conserve la même ligne éditoriale. Une couverture rigoureuse de l’Asie qui souligne l’intérêt du groupe japonais Nikkei sur la

[...]

Lire la suite
Lire la Suite de l'Article