Cet été, partez à la redécouverte de la France

Il y a 2 semaines 34

Douce France, quoi qu’on en dise. Entre mer du Nord, Atlantique et Méditerranée, le climat demeure tempéré, la paix, assurée et la liberté, préservée. Une configuration rare sur cette terre. S’ils se comparent, nos concitoyens ont de bonnes raisons de se consoler. Certes, le Covid n’est pas éradiqué. Mais en organisant la vaccination pour tous, l’Etat tient indiscutablement son rôle. Aux citoyens de prendre leurs responsabilités en recevant les injections sans tarder. C’est là le seul moyen de limiter les effets d’une quatrième vague épidémique qui menace déjà.

Dossier - 33 idées pour s’évader cet été en France

Après dix-huit mois sous l’emprise de la pandémie, il est pourtant permis de souffler un peu. Plus de six Français sur dix ont l’intention de partir en vacances. Et 85 % de ces estivants ont prévu de séjourner en France. Un choix dicté par les contrôles sanitaires qui subsistent aux frontières. Mais ces contraintes n’expliquent pas tout. Car ce repli stratégique est aussi une quête de sens. En famille et entre amis, les Français éprouvent le besoin d’un retour aux sources. Trêve d’exotisme, retour au local, à l’authentique, au naturel, au durable. Les vertus du pays proche sont en passe de l’emporter sur l’attrait des contrées lointaines. Les voyages au long cours, les charters pour le bout du monde ou le tourisme de masse all inclusive font moins rêver que les randonnées, les virées en VTT, l’observation de la vie sauvage ou la marche aquatique côtière.

Un dépaysement constant

Ces nouvelles pratiques ont des implications politiques. La démocratisation des loisirs engagée par les congés payés de 1936 et développée pendant les Trente Glorieuses a cédé, au détour des années 1980, devant une conception inégalitaire, consumériste et prédatrice du tourisme. Voici que s’ouvre une nouvelle phase. Les vacances de proximité peuvent resserrer les liens d’une collectivité que l’on dit fracturée et en proie à la dissociation communautaire. Sur le domaine public du Conservatoire du Littoral, les sentiers de grande randonnée ou les pistes cyclables, un brassage peut s’opérer plus aisément que sur les plages privées, les ponts des paquebots géants ou les terrasses des marinas de luxe. Reste à s’atteler aux inégalités les plus criantes en permettant à ceux qui ne partent jamais en vacances – notamment les familles monoparentales et les jeunes des quartiers populaires – de décompresser enfin. Plus que jamais, la lutte contre l’exclusion passe par l’évasion.

La relocalisation touristique peut aboutir à une réappropriation symbolique de l’espace par un peuple à la fois mobile et enraciné. A la faveur du télétravail apparaissent les premiers signes d’un rééquilibrage entre France du vide et France du trop-plein. Jusqu’alors en déshérence, les campagnes réinvesties par les néoruraux peuvent se réinventer, renvoyant dos à dos technocrates productivistes et déclinistes réactionnaires. Le spectre d’une nation musée transformée en vaste parc d’attractions pour touristes asiatiques évoqué par Michel Houellebecq dans « la Carte et le Territoire » semble se dissiper.

Notre pays est un dépaysement constant. Pour s’en convaincre, il suffit de s’évader à travers les articles de notre dossier spécial « Un été en France ». De la route des Flandres à la réserve maritime de Scandola, en passant par le Cotentin, les lacs du Jura ou les sentiers des Pyrénées, « l’Obs » vous propose son tour de France en trente-trois étapes. Et forme ici le vœu que, de juillet à août, l’art de vivre à la française – une certaine idée du bonheur ! – triomphe des périls qui nous menacent.

33 idées d'escapades en France cet été

Où partir en vacances en France cet été ? De la route des Flandres à la réserve maritime de Scandola, en passant par le Cotentin, les lacs du Jura ou les sentiers des Pyrénées, « l’Obs » vous propose 33 idées d’escapades dans l’Hexagone pour se ressourcer, s’étonner et se régaler.

Lire la Suite de l'Article