150e anniversaire de Marcel Proust : Proust, ce fou d'hôtellerie

Il y a 1 mois 155

Réservé aux abonnés

Rarement un auteur dans la littérature française aura passé plus de temps dans ces établissements que celui de La Recherche . Décryptage.

À Paris, le Ritz a dédié à Proust un salon où l'on sert un thé à la française, accompagné, entre autres délices… d’une madeleine.

À Paris, le Ritz a dédié à Proust un salon où l'on sert un thé à la française, accompagné, entre autres délices… d’une madeleine. Vincent Leroux ; Jérôme Leblois/ Hans Lucas via AFP

Le lien que tisse la mémoire entre l'hôtellerie et Marcel Proust relève davantage d'un art de vivre que d'une tocade. Dans son siècle, où la vie dans les grands hôtels prolongeait celle en société, l'observation qu'en fait Proust nous en dit tout autant sur son œuvre que sur sa personnalité. Pourquoi l'auteur de Du côté de chez Swann descend-il autant à l'hôtel ? L'asthme qui bouleversa son existence, en en compliquant sérieusement le rythme, « le rendait totalement inadapté à être invité pour de longs séjours chez des amis », avance Jean-Paul Henriet, auteur de Proust et Cabourg (Éditions Gallimard). « Il se couchait quand les autres se levaient, ce qui n'en faisait pas le meilleur compagnon de villégiature », poursuit-il.

L'œuvre qui monte en lui comme une sève inspirante lui commande de rejoindre ce poste d'observation de la comédie mondaine. Un monde d'hier qui nous renvoie à un imaginaire en sépia, où se mêlent courbettes, dentelles, chapeaux, éclats de voix, habits et fracs. Les

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

Lire la Suite de l'Article