Voyage au cœur de la France des champs, mystérieuse et fragile

Il y a 4 semaines 78
Photographie.

The Guardian Publié le 27/12/2020 - 15:04

Le photographe Éric Tabuchi et la peintre Nelly Monnier ont entrepris d’immortaliser le bâti des campagnes et des bourgades françaises avant qu’il ne disparaisse. Leur Atlas des régions naturelles montre “la France comme nous ne l’avions jamais vue”, s’enthousiasme le quotidien britannique The Guardian.

Du Nord industriel au Sud baigné de soleil, Éric Tabuchi a passé vingt ans à disséquer les paysages français d’un œil appliqué. En 2008, ce photographe français, d’origine dano-japonaise, a créé une fascinante série de 26 clichés, baptisée Alphabet Truck, montrant l’arrière de camions ornés chacun d’une gigantesque lettre, de A à Z. En 2017, il a réalisé un atlas des formes, une somme de 256 pages représentant toutes les formes – de la pyramide au polygone – constituant les bases de bâtiments du monde entier. Toujours en 2017, il s’est associé à la peintre Nelly Monnier, également sa compagne, pour créer l’Atlas des régions naturelles [consultable sur Internet à cette adresse].

Cet ambitieux projet de portrait mosaïque d’une nation s’appuie sur les limites des 500 et quelques régions naturelles*, ou régions non administratives de la France hexagonale (qui sont un peu l’équivalent des comtés anglais). Monnier et Tabuchi prennent leur temps, s’efforçant d’arriver dans un endroit avec le moins de préjugés possibles. Les premières impressions sont déterminantes, le principe étant de photographier quelques paysages typiques, puis de remonter la piste de l’architecture du cru – le tout étant façonné par les conditions locales.

On voit de superbes photos des deux artistes assis sur des cartes recouvrant tout le sol de leur salon, occupés à préparer leur itinéraire à travers les banlieues, les zones semi-industrielles, les villes désertées et les villages oubliés. Chaque région fait l’objet de cinquante clichés ; au bout du compte, le projet comptabilisera 25 000 images, toutes centrées et sobrement éclairées, aussi élégantes que descriptives.

Lorsque la crise sanitaire a éclaté, Monnier et Tabuchi se trouvaient dans le Massif central. Ne pouvant poursuivre leur route, ils ont commencé à sélectionner certaines photos pour les mettre en ligne. Le résultat est une carte interrogeable, sorte de musée numérique de la France – ou du moins d’une moitié de la France –, où les images peuvent être triées par thème (agriculture, religion, entreprises, loisirs) mais également par couleur, forme, pictogramme ou série. Le couple prévoit même de publier une version papier de son atlas, un tome qui devrait faire dans les 9 000 pages.

Il n’y a pas de nulle part

L’exploration de ces archives

[...]

Dale Berning Sawa

Lire la Suite de l'Article