Transports, hôtels : cet été, dur, dur de trouver des petits prix

Il y a 2 mois 57

L'été 2020 ne rimera pas avec bonnes affaires. Le confinement et la crise économique ont eu deux conséquences radicalement opposées sur les prix. Ainsi, dans les transports aériens comme pour les autocars, oubliées ces promotions qui récompensent les consommateurs qui réservent tôt et qui permettent traditionnellement de lancer la saison estivale. Interrogée par « le Parisien », début juin, sur la politique tarifaire d'Air France, sa directrice générale, Anne Rigail avait prévenu : « Je ne pense pas qu'une politique de tarif très bas soit soutenable pour le transport aérien. Depuis les annonces du gouvernement, la demande a augmenté, mais les coefficients de remplissage restent faibles. »

Pour Air France, qui a dû demander à l'Etat français de venir à son secours, ou encore BlaBlaBus, FlixBus et bien d'autres entreprises du secteur touristique en grandes difficultés actuellement, l'heure n'est pas à se lancer dans une guerre des prix mais plutôt à reconstituer sa trésorerie.

Opération déstockage à la SNCF

A l'opposé, la SNCF, elle, affiche des tarifs plus doux qu'à l'accoutumée, principalement dans ses TGV InOui, Ouigo et ses Intercités. Il faut dire que la compagnie a grand besoin de remplir ses trains. Après une première annonce, début juin, de mise en vente de trois millions de billets à 49 euros ou moins - soit deux fois plus qu'en 2019 -, la compagnie a récidivé fin juin avec deux millions de billets supplémentaires à ce tarif. « Il en reste plus de la moitié, confie la compagnie. Notamment en août, où le taux de remplissage n'est que de 35 %. »

Une grande braderie qui concerne aussi les TER. Depuis le 22 juin, la compagnie a lancé l'opération « TER France ». Au programme, deux millions de billets TER à moins de 10 euros, mais aussi la possibilité pour les 130 000 détenteurs d'un abonnement annuel TER de circuler gratuitement, sans réservation, en juillet et en août, sur l'ensemble du réseau TER. Enfin, pour les jeunes de 12 à 25 ans, la SNCF a lancé un passe jeune à 29 euros par mois pour circuler n'importe où sur le réseau TER en juillet et en août.

Le service Junior & CIE est de nouveau disponible. Grâce à cet accompagnement, les enfants de 4 à 14 ans peuvent partir seuls au ☀ en toute confiance 😊

Plus d’informations ici 👇

— SNCF (@SNCF) June 24, 2020

Quant aux 3 millions de détenteurs d'une carte SNCF de réduction Avantage ou Liberté, non seulement leur validité est prolongée jusqu'au 31 août pour celles arrivant à expiration entre le 17 mars et le 31 juillet, mais ils bénéficient aussi sur leur prochain voyage (aller simple) de 30 % de réduction supplémentaire avec la carte Avantage et de 40 % avec la carte Liberté.

Appelez directement les hôtels pour négocier

Du côté des hébergements, et en particulier des 18 000 hôtels - 650 000 chambres -, très touchés par la crise, peu d'espoir d'obtenir des réductions. Même si Roland Héguy, président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), a un conseil pour faire limiter la facture : « Réservez directement avec l'hôtelier ou même le restaurateur plutôt que de passer par Booking et Expedia. Au minimum, les petits-déjeuners sont offerts et vous pouvez économiser entre 15 % et 20 % de la note. »

Un bon plan qui n'est pas dénué d'intérêt : « Booking comme Expedia prennent des commissions de l'ordre de 20 % à 25 %, s'agace le patron de l'Umih. Dans ce contexte de crise, nous demandions qu'ils se contentent de 5 % jusqu'à la fin de l'année pour soutenir le tourisme… Ils n'ont rien voulu entendre. »

Reste une dernière solution, un peu risquée, pour protéger son portefeuille : patientez. En effet, plusieurs transporteurs, comme Air France, n'écartent pas des promotions de dernière minute en fonction du taux de remplissage.

Lire la Suite de l'Article