Tourisme : la Grèce parie sur le vaccin pour sauver son été

Il y a 2 semaines 28

Face au Covid-19, le pays propose un «passeport sanitaire» pour l'Europe, et prévoit d'accueillir sans restrictions les touristes vaccinés cet été. Des négociations s'ouvrent avec des États voisins.

La météo est clémente en ce mois de février en Grèce. Le mercure avoisine les 20 degrés et un doux soleil s'épanche sur les figuiers déjà en fleurs. Mais le pays, toujours aux prises avec une pandémie de Covid-19 qui a causé plus de 5900 morts (pour 10,5 millions d'habitants) à ce jour, se lance dans un marathon pour sauver la saison touristique 2021 qui n'a toujours pas démarré ici plus qu'ailleurs. Les premiers bateaux de croisière voguent traditionnellement dès février dans les eaux grecques, les séminaires et les voyages scolaires suivent, avant l'arrivée massive des vacanciers, qui profitent de la douceur méditerranéenne jusqu’à début novembre.

Pour rappel, le tourisme est le principal poumon économique du pays. Il pèse plus de 20% du PIB, emploie un actif sur cinq et irrigue de nombreux secteurs. Comme la plupart des destinations touristiques, la Grèce a subi un été et une année 2020 catastrophiques. L'activité s'est limitée à 4 milliards d'euros l'an passé, soit une chute de plus de 70% par rapport à l'exercice 2019, où le pays avait engrangé 18 milliards de revenus touristiques. De nombreuses agences de voyage ou hôtels ont fait faillite.

À lire aussi :La Suède et le Danemark vont développer des «passeports» vaccinaux

À ce stade, la pandémie ne recule pas autant qu'espéré, même si, selon des données réactualisées au 4 février, le pays reste l'un des moins touché en Europe, selon l'agence chargée de la surveillance de l'épidémie (ECDC). Mais la plupart des professionnels refusent de faire une croix sur la saison. Dans les îles, on se prépare même déjà. Et surtout dans les Cyclades, épicentre touristique des vacances d'été, où les habitants commencent à repeindre les maisons à la chaux, tandis que certains hôtels ont ouvert les réservations. Elles frémissent, et même plus que ça dans les spots les plus touristiques. La plupart des locations aménagées de Mykonos ou Santorin sont déjà réservées pour l'été, « quitte à avoir quelques annulations », rapportent les professionnels.

Campagne de vaccination dans les îles touristiques

Les îles étant très prisées des touristes, le gouvernement a décidé d'orchestrer une campagne de vaccination massive, jusque dans les plus petits confettis, où l'on ne dénombre qu'une poignée d'habitants. « La clé du succès de la saison réside dans le vaccin, pronostique Giannis Giannakakis, directeur de l'agence Athens Walking Tour. Aujourd'hui, personne n'est certain de l'avenir, chacun vit au rythme des décisions scientifiques et politiques. Mais grâce à la vaccination des populations, les vols internationaux vont pouvoir reprendre sans que l'on ait peur d'être bloqué quelque part à cause d'un confinement inattendu. Nous sommes prêts à tout pour sauver cette saison, c'est vital », ajoute-t-il.

À lire aussi :La Grèce favorable à «un certificat de vaccination» européen

Le 12 janvier dernier, Kyriakos Mitsotakis, le premier ministre grec, a proposé à ses partenaires européens d'instaurer un «passeport sanitaire», parfois baptisé «passeport vert». La proposition grecque est toujours sur la table et elle ne fait pas l'unanimité à ce stade dans l'Union, même si la Suède et le Danemark développent eux aussi un «certificat électronique». La France, notamment, estime le débat «prématuré», comme l'indiquait au Figaro le secrétaire d'État au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. Non sans arguments, éthiques ou légaux: privilège de voyage, recul sur l'efficacité des différents vaccins face aux variants, maîtrise des données personnelles... Le débat frémit au niveau de l'Europe. Fin janvier, les 27 se sont accordés sur des principes pour harmoniser les certificats de vaccination déjà utilisés dans une dizaine de pays. Mais il s'agit « au premier chef » constituer des preuves de vaccination standardisées « à des fins médicales ». Leur utilisation pour « d'autres raisons », dont le tourisme, pourra être décidée par les Etats membres ultérieurement.

Le gouvernement grec, décidé à avancer, réfléchit déjà à mettre en place des « files réservées aux personnes vaccinées » à l'arrivée de tous les aéroports du pays. Elles seraient ainsi prioritaires pour sortir de la plateforme, et n'auraient pas l'obligation se soumettre à un test PCR aléatoire, à une septaine préventive... L'été dernier, la Grèce avait instauré un système de code-barres pour tenter de maîtriser le risque sanitaire.

À lire aussi :Covid-19 : ces entreprises qui élaborent déjà le passeport vaccinal de demain

Le gouvernement hellène travaille en parallèle à développer ce passeport sanitaire à travers des alliances régionales. Lundi 8 février, la Grèce et Israël ont conclu un accord touristique permettant à leurs citoyens respectifs ayant été vaccinés contre le coronavirus de voyager sans restriction dans ces deux pays. « Israël est une manne très importante pour la Grèce et si 70% de la population israélienne est vaccinée à la fin du mois de mars, il sera plus facile de commencer progressivement à s'ouvrir aux Israéliens » a justifié le premier ministre grec auprès de Reuters.

Le compte à rebours est lancé. Quelque 340.000 Grecs ont été vaccinés à ce jour, et le pays allège très progressivement les conditions d'un confinement strict commencé en novembre.

Lire la Suite de l'Article