Faut-il tenter le ski de randonnée nordique ou «backcountry» ?

Il y a 1 mois 110

LE GUIDE – La fermeture des remontées mécaniques a mis en lumière ski de fond et de randonnée. À mi-chemin entre les deux, le ski de randonnée nordique permet de découvrir de grands espaces, seul ou en famille. En prime, il est idéal pour la fin de l'hiver et le début du printemps.

En quoi consiste le ski de randonnée nordique ?

Même si l'intérêt pour la discipline semble dater de deux ou trois ans, le ski de randonnée nordique, aussi appelé «backcountry», est l'ancêtre de la glisse. Créé au cœur des terres nordiques pour se déplacer, il se situe à mi-chemin entre le ski de fond, dont il a permis l'éclosion avec le damage des pistes, et le ski de randonnée. Destiné aux skieurs soucieux de s'écarter des domaines skiables et de s'immerger en pleine nature, il est abordable grâce à un matériel facile d'accès et d'utilisation.

Le ski de randonnée nordique se pratique avec un ski à large semelle, muni de carres, d'écailles ou de peaux de phoque selon le souhait de son utilisateur et la technicité du parcours choisi. Les fixations sont inspirées de celles utilisées en ski de fond avec un talon qui reste libre à la montée comme la descente. L'intérêt grandissant pour la discipline tient dans son aspect passe-partout qui séduit aussi bien les skieurs de fond que les adeptes de la raquette à neige.

À lire aussi :Ski de fond : nos 10 stations préférées en France

Quel est niveau de ski requis ?

Le ski de randonnée nordique permet une immersion en pleine nature. Inspiration Vercors

Proche dans sa gestuelle du style classique en ski de fond, le ski de randonnée nordique ne nécessite pas d'être un skieur expert et reste une discipline abordable, techniquement mais, aussi, physiquement. La connaissance des bases du pas classique est nécessaire pour évoluer facilement hors trace.

Votre niveau définira uniquement la technicité des tracés que vous pourrez emprunter. «Il suffit d'être capable de réaliser un chasse-neige, témoigne Étienne Rollin, un des encadrants en ski de randonnée nordique au sein de l'École de Porte en Chartreuse sur les hauteurs de Grenoble (Isère). On adapte ensuite les parcours en fonction du niveau technique et physique de chacun. L'intérêt de la pratique est qu'elle est possible autant en solo qu'en famille.»

À lire aussi :Ski en famille: choix de la station, cours, altitude pour les plus petits... notre guide pour des vacances parfaites

Quels sont les atouts de cette pratique ?

Pratiqué en dehors des domaines skiables, en milieu sauvage, le ski de randonnée nordique est une lucarne sur les grands espaces. Pratiqué à l'écart des domaines skiables, il permet de s'immerger en pleine nature, valorisant l'évasion sur d'immenses plateaux, de se promener au cœur des forêts en slalomant entre les sapins et en passant d'un vallon à l'autre. Il offre un autre regard sur la montagne et un moyen différent de l'aborder. Plus contemplatif, moins sportif.

Aussi accessible que ludique, il reste une discipline douce, accessible pour toute la famille sur une journée ou plusieurs jours, et respectueuse de l'environnement. « On prend le temps en ski de randonnée nordique, assure Étienne Rollin. Le plaisir et la nature sont l'épicentre de l'activité. Tout le monde peut y trouver son compte. » Depuis le premier confinement en mars 2020, et le boom des activités outdoor et de fitness, il est aussi plébiscité que la raquette à neige. Mais il se veut plus amusant à la descente.

À lire aussi :Neige: revers gagnant pour la raquette

Avec qui débuter ?

Accessible à tous les skieurs, le ski de randonnée nordique peut se pratiquer en solitaire dès les premières glisses. Inspiration Vercors

À l'inverse du ski de randonnée, où la logistique (collages et décollage des peaux, fixations…) pourra nécessiter l'intervention d'un professionnel, le ski de randonnée nordique ne commande aucune « manipulation », pentes et contre-pentes s'enchaînant aisément, dévalées par la seule gestuelle du skieur. Les premières glisses pourront, sur un terrain adapté au niveau de chacun, s'effectuer en solitaire ou en famille.

L'intervention d'un professionnel sera en revanche indispensable pour une sortie à la journée ou plusieurs jours. Ce dernier offrira à chacun la possibilité de trouver le profil qui convient à son niveau. Pour une immersion sur plusieurs jours, il faut se tourner vers les écoles de ski ou des voyagistes spécialisées dans les activités outdoor l'hiver tels que Grand Angle, Allibert ou L'École de Porte.

Où et quand en faire ?

Taillé pour la pratique hors traces et en dehors des sentiers battus, le ski de randonnée nordique se destine avant tout aux massifs de moyenne montagne même si l'évolution du matériel permet des incursions sur des territoires plus alpins. Les montagnes du Jura, le Massif des Bauges en Savoie, le Champsaur dans les Hautes-Alpes, les Vosges ou la Chartreuse et le plateau du Vercors en Isère restent des territoires privilégiés pour la pratique du « backcountry ». C'est au cœur de ces massifs que l'on retrouve les plus beaux itinéraires français comme la Grande Traversée du Vercors et la Grande Traversée du Jura.

Toutes les périodes sont favorables au ski de randonnée nordique même si, à l'image du ski de randonnée, certains parcours restent plus accessibles et ludiques au printemps sur une neige plus dure, favorisant la portance du skieur.

À lire aussi :Ski de fond, raquettes... Le Jura, temple des activités nordiques

Quel matériel pour le ski de randonnée nordique ? Chaussures, skis… nos conseils pour louer ou acheter

À l'inverse du ski de randonnée, le matériel reste plus accessible et facile d'utilisation.

Les skis

Un ski de randonnée nordique. Ophira

Plus lourds et larges que des skis de fond, les skis de randonnée nordique restent plus légers que des skis de randonnée. Ils sont conçus pour évoluer aussi bien à la montée qu'à la descente. On distingue trois types de skis.
Les skis étroits et longs seront utilisés pour les parcours de grandes distances et sur les grands plateaux.
Les skis, dits « taille de guêpe », se destineront aux skieurs polyvalents.
Les skis plus larges, intermédiaires entre la randonnée nordique et le télémark, favoriseront la flottabilité en poudreuse et un plus grand plaisir à la descente.

Les fixations

La fixation en « backcountry » reste proche de celle utilisée en ski de fond. Elle se différencie par sa stabilité qui permet d'effectuer à la descente des virages en technique télémark ou simplement en ski alpin. À l'inverse du ski de randonnée, le talon est toujours libre.

Peaux ou écailles ?

Les skis de randonnée nordique sont dotés d'écailles pour éviter de reculer à la montée tout en permettant de glisser à la descente. Des peaux de phoques peuvent être utilisées dès que la pente sera plus forte.

Les chaussures

Visuellement plus larges et hautes que celles utilisées en ski de fond, les chaussures de ski de randonnée nordique sont aussi plus rigides. Ophira

Visuellement plus larges et hautes que celles utilisées en ski de fond, les chaussures de ski de randonnée nordique sont aussi plus rigides. Elles restent tout de même plus flexibles qu'une chaussure de ski de randonnée classique, permettant ainsi de se mouvoir sur n'importe quel terrain et relief.

Pour compléter...

Au printemps, en, fonction du relief, grâce à la portance de la neige le matin, il est possible d'effectuer des sorties sur des grands plateaux avec des skis de skating plutôt que des skis de randonnée nordique. Plus maniables, ils permettront de couvrir de plus grandes distances.

Quels équipements pour sécuriser ses sorties ?

ARVA et sonde ne sont pas obligatoires sauf si le terrain sur lequel vous évoluez le nécessite. Dans ces cas-là, on se réfère aux règles édictées en ski de randonnée : toute personne qui pratique le hors-piste doit se former dans le domaine des avalanches et acquérir les connaissances appropriées.

Une carte et une trousse de secours avec une couverture de survie sont obligatoires pour chaque sortie.

Lire la Suite de l'Article