Covid-19 : de l'Italie au Maroc, ces pays qui resserrent la vis pour les touristes français

Il y a 1 semaine 42

Pour faire face à la nouvelle flambée des cas de contamination, de plus en plus d'États limitent ou interdisent l'accès à leur territoire aux ressortissants français. On fait le point.

Les variants qui se propagent dans l'Hexagone, l'augmentation du nombre de cas liés au Covid-19, la mention d'une troisième vague épidémique et maintenant, la perspective d'un nouveau discours présidentiel augurant d'un possible reconfinement... La situation alarmante en France commence à inquiéter sérieusement nos voisins. Mercredi, Boris Johnson, le chef du gouvernement britannique, a indiqué que le Royaume-Uni pourrait «très rapidement» placer le pays en «zone rouge» et durcir les contrôles aux frontières pour les voyageurs de France.

D'autres États d'Europe et du monde n'ont pas attendu pour limiter les entrées aux Français, comme à tous les ressortissants provenant de régions considérées à risque. Tests, quarantaine, suspension des lignes aériennes... Les nouvelles restrictions en vigueur, pays par pays (dernière mise à jour le 31 mars).

À lire aussi :Réservera, réservera pas : la valse-hésitation des voyageurs à l'approche des vacances d'été

Les Français ne peuvent plus y entrer

Maroc

L'annonce du ministère du Tourisme du Royaume est tombée comme un couperet : le Maroc suspend ses tous vols avec la France, à compter de mardi 30 mars, à 23 h 59, et ce, jusqu'à nouvel ordre. La mesure concerne également l'Espagne. Le 30 mars à la mi-journée, Air France maintenait ses vols à destination du Maroc au rythme d'un par jour. Les «vols spéciaux de passagers en provenance de ces deux destinations», c’est-à-dire les vols privés et les charters, seront quant à eux «soumis à des contrôles renforcés, conformément au protocole sanitaire défini par les autorités marocaines compétentes», est-il indiqué.

À lire aussi :Covid-19 : le Maroc suspend ses vols avec la France

Ils durcissent leurs conditions d'entrée

Allemagne

Vendredi 26 mars, l'Allemagne a classé la France entière, y compris les territoires d'outre-mer, comme zone à «haut risque» d'infection au Covid-19. Le département frontalier de la Moselle était jusqu'ici le seul territoire français à être classé ainsi par son voisin en raison d'une forte circulation des variants au Covid-19. Ce classement implique l'obligation de présenter un test négatif de moins de 48 heures à l'entrée sur le territoire allemand ainsi que l'observation d'une quarantaine de 10 jours. Des exceptions sont prévues pour les frontaliers. Des contrôles aux frontières plus stricts sont également au programme.

À lire aussi :Paris-Varsovie, Berlin-Barcelone... Comment l'Allemagne veut ressusciter le Trans Europ Express

Espagne

Les autorités espagnoles ont annoncé, samedi 27 mars, qu'un test PCR négatif de moins de 72 heures serait désormais exigé pour toute personne souhaitant passer la frontière terrestre. Une mesure prise pour éviter une augmentation des cas de contamination pendant la Semaine sainte, qui commence ce week-end. C'est la première fois qu'une telle exigence est imposée par l'Espagne. Jusqu'à présent, la présentation d'un test PCR n'avait été exigée que pour des arrivées par les airs.

Italie

La dolce vita italienne est elle aussi fortement compromise par les restrictions. Mardi 30 mars, le ministère italien de la Santé a annoncé la mise en vigueur d'une quarantaine obligatoire de cinq jours pour les touristes en provenance des pays membres de l'Union européenne. Tout voyageur en provenance des vingt-sept devra effectuer un test avant son départ, respecter la quarantaine, puis effectuer un nouveau test à l'issue de cette période. La date d'entrée en vigueur de cette nouvelle mesure n'a toutefois pas encore été précisée.

À lire aussi :Covid-19 : l'Italie va imposer une quarantaine aux voyageurs venant de l'UE

Portugal

Destination plébiscitée par les Français chaque année, le Portugal, déjà ouvert aux touristes, redoute un soubresaut épidémique. Le confinement, en vigueur depuis le 15 janvier, a ainsi été prolongé jusqu'au lundi 5 avril pour préserver la saison estivale. «Pâques ne sera pas un moment de retrouvailles, mais de confinement», a prévenu le Premier ministre, Antonio Costa. La circulation entre les municipalités est interdite pour éviter les rassemblements familiaux. En plus du test PCR négatif, tous les voyageurs qui arrivent de France devront observer une quatorzaine à compter du 31 mars à minuit.

Lire la Suite de l'Article